Samuel Sarr après son audition à la DIC: « De l’argent circule pour déstabiliser le pays »

Le lundi 24 juin 2019, de 12 à 22h30, l’ancien ministre de l’Énergie, Samuel Sarr, a fait face aux enquêteurs de la Division des Investigations criminelles (DIC). L’ancien ministre d’Etat de Me Abdoulaye Wade est largement revenu, au cours de son audition, sur ses relations avec Frank Timis, avec qui il a eu à travailler lorsqu’il avait quitté le Gouvernement. “DakarTimes” l’a interrogé sur certaines questions. 

Samuel Sarr qui a fait plus de 30 ans dans le secteur du pétrole a démonté toutes les accusations de la BBC devant les enquêteurs. Il n’a pas manqué de fustiger le comportement de certains opposants dont il citera les noms : Mamadou Lamine Diallo, Abdoul Mbaye, Thierno Alassane Sall, Ousmane Sonko. Selon lui, «les propos de ces opposants sont ridicules et fallacieuses. ». Samuel Sarr se dit certain qu’il y a des acteurs politiques qui veulent déstabiliser le pays. «Depuis toujours, ils ont essayé de renverser le régime de Macky Sall par la rue. Ils ont instrumentalisé des jeunes lors du vote du parrainage. Ça n’a pas marché. Ils ont essayé d’en faire autant lors de la proclamation de la liste des candidats après le dépôt des recours devant le Conseil constitutionnel, personne ne les avait suivi. Durant la campagne, ils ont mobilisé des personnes aussi. Et même lorsque le président de la République a été réélu, ils ont refusé de le reconnaître en estimant qu’il n’est pas légitime, là aussi, les sénégalais ne les ont pas suivi. Aujourd’hui, ils veulent passer par cette affaire Pétro Tim pour déstabiliser le Sénégal. De l’argent circule pour déstabiliser le pays. Ils ne veulent pas que le président Macky Sall fasse ses 05 ans. Ils veulent le renverser avant la fin de son mandat et pour eux, l’affaire Pétro Tim lancée par la BBC est un prétexte » a accusé Samuel Sarr. Il poursuit : «Il y a des gens dans l’opposition qui ont reçu de l’argent pour organiser des manifestations et financer des émeutes à Dakar. Des entreprises pétroliéres qui ont perdu et d’autres qui voulaient que Macky Sall perde la présidentielle, sont déçues et elles veulent, à défaut de pouvoir le battre par les urnes, utiliser les rues pour créer une situation insurrectionnelle au Sénégal ». 
Evoquant la procédure d’attribution des blocs, Samuel Sarr a soutenu que «le Sénégal n’a pas les moyens de financier les recherches». Selon lui, «plusieurs milliards de franc CFA ont été dépensés par les entreprises étrangères dans les recherches et plusieurs centaines de puits ont été forés sans rien trouver». Il poursuit ses explications en soulignant que «ce sont les petites entreprises qui prennent des risques et lorsqu’il y a des indices, elles cherchent des juniors pour poursuivre les recherches». Samuel Sarr a corrigé ceux qui disent que Frank Timis n’a pas les moyens financiers. «Frank Timis a plusieurs sociétés cotées en bourse bien avant son arrivée au Sénégal. Il avait un bloc en 2011 avec son entreprise African Petroleum. A l’époque, toutes les enquêtes nécessaires ont été faites par nos services pour être sûr qu’il a les capacités financières. C’est ainsi qu’on lui avait donné le bloc de Rufisque Offshore. Lorsqu’il s’est agi de lui donner Saint Louis Offshore, le problème ne se posait plus. On a compris qu’il s’agit juste de la même personne qui avait auparavant obtenu le bloc de Rufisque avec son entreprise African Pétroleum». L’ancien Ministre d’Etat de Me Abdoulaye Wade a tenu à faire comprendre aux détracteurs du roumain que «Frank Timis n’est pas un petit homme d’affaires». «Il a des affaires estimées à plusieurs milliards de franc CFA en Afrique», explique-t-il. 
Sur le rapport de l’Inspection Générale d’Etat, le ministre d’Etat Samuel Sarr pense que les inspecteurs ont réalisé un rapport provisoire incomplet. «Les enquêteurs de l’IGE devraient entendre Karim Wade ancien ministre des finances qui a signé le contrat. Ils devaient aussi interroger Souleymane Ndéné Ndiaye ancien premier Ministre aux moments des faits faute de pouvoir interroger Me Abdoulaye Wade ancien Chef de l’Etat. Ensuite, les inspecteurs ne peuvent pas expliquer leur refus d’entendre Aliou Sall et Frank Timis. Comment l’IGE chargée de faire la lumière sur l’affaire a-t-elle omis d’interroger les deux principaux concernés. C’est une aberration injustifiable. Ces manquements ont détruit la crédibilité du rapport de l’IGE» a fait remarquer Samuel Sarr. Il a rappelé «qu’à l’époque, l’Ofnac avait entendu Aliou Sall et Frank Timis lors que c’était à l’IGE de le faire depuis 2012 mais les enquêteurs semblaient vouloir protéger le frère du président nouvellement élu en orientant les enquêtes sur Karim Wade parce que c’était au début de la traque des biens mal acquis». 
L’ancien Ministre de l’Energie se dit prêt à faire un débat public avec l’ancien premier Ministre Abdoul Mbaye, Thierno Alassane Sall ou Mamadou Lamine Diallo sur la question du pétrole et de l’énergie en général. «Les Sénégalais veulent et doivent comprendre ce qui se passe. Le débat est maintenant pollué et j’estime que ces gens qui connaissent le problème réel doivent avoir des espaces pour parler. Ce n’est pas parce qu’on a été premier Ministre du Sénégal ou Ministre de l’Energie pendant quelques mois qu’on doit forcément comprendre le domaine du pétrole. Non ! Comme l’a dit l’ancien président de la Mauritanie, le Général Aziz, tout ce qui est dit est faux», a martelé Samuel Sarr. «A mon avis, Abdoul Mbaye doit avoir l’humilité de dire qu’il ne connait pas. Et après cela, il doit aller apprendre. Mais face à une question aussi sérieuse, il ne faudrait pas se cacher derrière des arguments politiques. Cela ne passera pas», souligne Samuel Sarr. 
«Là je m’adresse aux Sénégalais parce qu’à mon avis, ils ne doivent pas accepter de suivre des acteurs politiques qui veulent prolonger la campagne présidentielle après leur défaite cuisante. Toutes les personnes que l’on voit dans les manifestations ont soutenu des candidats de l’opposition de la dernière élection. Ils ruminent une vengeance méchante qui les ronge. Pour eux, le président Macky Sall ne doit pas terminer son mandat et toutes les actions se résument autour de cela. C’est cela qu’on doit dénoncer», a déclaré Samuel Sarr. Il a encore ajouté que «la déstabilisation du pays n’arrange personne. Les partenaires stratégiques du Sénégal comme la France et les Etats Unis ont réalisé des investissements s’y ajoutent les projets de développement lancés par le président Macky Sall qu’il faudra renforcer. Mais, derrière tous les agissements de ces opposants se cachent une volonté de déstabiliser le pays». 
L’ancien ministre de l’Énergie a estimé que «du moment qu’Aliou Sall a démissionné, il n’y pas lieu de continuer à faire monter les enchères. Car certains demandent le départ d’Aly Ngouille Ndiaye après ils vont s’attaquer au président Macky Sall. Et c’est un rêve que de demander la renégociation des contrats, ce n’est pas possible. Les entreprises pétroliéres qui ont des contrats vont trainer le pays devant les tribunaux et nous avons tout à perdre. Un contrat signé avec un investisseur étranger ne s’annule pas comme çà. Ceux qui le disent comme Abdoul Mbaye ignorent le fonctionnement des affaires dans le secteur pétrolier et le règlement des conflits commerciaux internationaux. Ils doivent apprendre avant de parler des inepties», a-t-il ajouté. 
Selon toujours l’ancien ministre d’État, «c’est une chance pour le Sénégal d’avoir des compagnies majors comme BP, Total au Sénégal, il ne faudrait pas que certaines personnes malintentionnées hypothèquent l’avenir du Sénégal. En plus, il faut se concentrer sur la transparence de l’utilisation des ressources pour consolider notre économie et préserver le bonheur des générations futures, plutôt que d’essayer d’allumer un feu que l’on ne pourra éteindre». 
Il finit sa déclaration par ces mots : «Moi, en tant que sénégalais, je suis satisfait des actes posés par Président Macky Sall pour sa grandeur d’esprit et son attachement aux valeurs républicaines. C’est le lieu aussi de saluer les efforts consentis par son prédécesseur Me Abdoulaye Wade pour la découverte du pétrole. A mon avis, les sénégalais doivent saluer le travail réalisé par ces deux hommes dans le domaine de l’énergie au Sénégal», conclut-il. 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.