Sc@ndale du siècle : Plus de 2000 africaines forcées à se pr0stitu3r en Russie après la Coupe du monde de football

Plus de 2000 filles nigérianes amenées en Russie l’année dernière pour la Coupe du Monde de la FIFA sous prétexte d’être des fans de football ont été forcées à l’esclavage sexuel et à la prostitution par les trafiquants qui les ont amenées dans le pays.

Blessing Obuson, une adolescente de l’État d’Edo, est l’une d’entre elles, elle a été récemment sauvée. D’après un reportage de Reuters, Blessing Obuson a déclaré que la Coupe du Monde de football en Russie serait une occasion de trouver un emploi. Elle s’est donc rendue à Moscou en provenance du Nigéria en juin dernier avec une carte d’identité de fan.

Les Fan ID permettaient aux supporters de la Coupe du Monde d’entrer sans visa avec des billets de match, mais ne conféraient pas le droit de travailler. Malgré cela, Obuson, 19 ans, a déclaré qu’elle espérait travailler comme vendeuse pour subvenir aux besoins de sa fille de deux ans et de ses frères et sœurs plus jeunes, de retour au Nigéria.

Mais, en arrivant en Russie, Blessing se vit forcée de se prostituer. Elle a révélé avoir été emprisonnée dans un appartement à la périphérie de Moscou et contrainte de se prostituer aux côtés de 11 autres femmes nigérianes supervisées par une dame, venant également du Nigeria.
«J’ai beaucoup pleuré. Mais quel choix avais-je? », a déclaré Obuson après avoir été libéré par des militants anti-esclavagistes. Elle a dit que sa patronne avait confisqué son passeport et lui avait dit qu’elle ne le récupérerait que lorsqu’elle aurait réglé une dette fictive de 50 000 $.

Coup de chance, Obuson a fait la rencontre d’un client anglais qui a contacté des activistes anti-esclavagistes et lui a procuré sa liberté.
Deux Nigérians ont par la suite été arrêtés et accusés de trafic d’êtres humains après avoir signé un accord portant sur la vente d’Obuson à deux millions de roubles (environ 30 000 dollars) à un officier de police se faisant passer pour un client, selon son avocat.

Le cas d’Obuson n’est pas isolé. En effet, Reuters a rencontré huit femmes nigérianes âgées de 16 à 22 ans introduites en Russie grâce à des cartes d’identité de fans et forcées à se prostituer. Tous ont dit qu’ils avaient enduré la violence.

«Ils ne vous donnent pas à manger pendant des jours, ils vous giflent, ils vous battent, ils vous crachent au visage… C’est comme une cage», a déclaré une femme de 21 ans, qui a refusé de donner son nom.

En septembre, une femme nigériane a été tuée par un homme qui a refusé de payer pour des relations sexuelles, a annoncé la police. L’ambassade du Nigéria l’a ensuite identifiée comme étant Alifat Momoh, âgée de 22 ans, venue du Nigéria en Russie avec une carte d’identité de ventilateur.

Kenny Kehindo, qui travaille avec plusieurs ONG moscovites pour venir en aide aux victimes de la traite à des fins sexuelles, estime que plus de 2 000 femmes nigérianes ont été admises sur des cartes d’identité de fans.

Source : Nigerianews

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.