Sénégal : vers des journées sans pains

Le Gouvernement et la Fédération nationale des boulangers du Sénégal (Fnbs) sont à couteaux tirés. Ils ne parlent plus le même langage depuis l’arrêt des négociations. Et l’augmentation du prix du carburant risque d’envenimer la situation.

Puisque le président de la Fédération des boulangers, Amadou Gaye, continue d’exiger l’application des conclusions des sous-commissions du comité technique mis en place par les deux parties. Il impute le blocage des négociations aux autorités. Face à cette situation, indique M. Gaye, les boulangers n’ont d’autre choix que d’aller vers l’arrêt de production.

A l’en croire, il ne s’agit pas d’aller en grève, mais plutôt d’être dans l’incapacité de produire. Pour cause, le gouvernement tarde à respecter ses engagements. Selon Amadou Gaye, ils avaient convenu d’un protocole d’accord le 18 juin avec le ministère du Commerce pour la création d’une commission sur la réglementation.

Ainsi une sous-commission devait étudier la structure du prix du pain et une autre en charge d’examiner la structure du prix de la farine. Seulement, se désole M. Gaye, le ministre du Commerce fait du dilatoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.