Séoul: manifestation de conservateurs sud-coréens opposés à la fin de la guerre

Le deuxième sommet Kim-Trump débute le 27 février à Hanoi, au Vietnam. L’un des sujets sur la table sera une déclaration qui mettrait formellement fin à la Guerre de Corée. En effet seul un armistice a été signé en 1953 et techniquement, Corée du Nord, Etats-Unis et Corée du Sud sont toujours en guerre. En Corée du Sud, si le gouvernement y est très favorable, les plus conservateurs sont vent debout contre une telle déclaration.

Plusieurs transfuges nord-coréens crient leur colère et leur inquiétude, sous la statue de l’amiral Yi Sun-shin dans le centre de Séoul. Le réfugié Kim Seong-min appelle Donald Trump à parler des droits humains lors du sommet de Hanoi : «Donald Trump, demandez à Kim Jong-un de fermer les camps de prisonniers politiques ! Si jamais Kim et Trump déclarent la fin de la guerre, la Corée du Nord demandera ensuite le départ des troupes américaines de Corée du Sud. Le régime essaiera de faire du sud un pays communiste. Kim Jong-un veut nous réduire en esclavage nous aussi ! »

Portraits déchirés

Les manifestants ont ensuite déchiré des portraits de Kim Jong-un. Cho Won-jin est le président du Parti des Patriotes Coréens, organisateur de la manifestation : « Une déclaration de fin de la guerre sans abandon des armes nucléaires, c’est un piège de la Corée du Nord. Cela provoquera le départ des troupes américaines. Le président sud-coréen veut nous faire croire que cela constituera la paix, mais c’est faux ».

Renversement inattendu

Dans un renversement plutôt inattendu, les progressistes sud-coréens, autrefois très opposés à Trump, louent à présent la politique d’engagement du président américain à l’égard de Kim Jong-un. Et ce sont les conservateurs sud-coréens qui partagent le scepticisme des démocrates américains.

Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.