Seyni Ndir Seck « Le Football Féminin a besoin d’une nouvelle qualification à la CAN »

Le football féminin sénégalais a besoin d’une qualification à un tournoi majeur comme la Coupe d’Afrique des nations pour prendre définitivement son envol, a déclaré Seyni Ndir Seck, sa présidente de Commission à la Fédération sénégalaise de football.

« Nous avons mis du temps à renouveler la génération ayant qualifié le Sénégal à sa première phase finale de football féminin en 2012 », a rappelé l’ancien capitaine des Lionnes.
« Et c’est pourquoi, nous misons beaucoup sur le travail à base et la régularité des compétitions pour retrouver l’élite africaine », a indiqué l’ancienne attaquante des Lionnes élue à la tête de la Commission du football féminin en 2017.
D’ailleurs, a poursuivi Seyni Ndir Seck, il a été mis en place des sélections en U17 et en U20, ajoutant qu’il y a une plus grande régularité des compétitions avec une division 1 à 12 équipes se jouant en deux poules de six. »Nous avons aussi une division 2 composée de 13 clubs avec deux poules de 6 et 7″, a expliqué l’ancienne joueuse, relevant que les barrières qui freinaient le développement du football chez les filles, ont sauté.
« Nous ne sommes plus au temps où on se cachait pour aller jouer au football comme cela a été le cas pour ma génération », a dit la native de Yoff. « Maintenant, je vois des mères de famille accompagner et soutenir leurs filles qui ont pris le parti de jouer au football », a salué Seyni Ndir Seck, se félicitant de la présence de nouvelles têtes de file pouvant booster la pratique chez les dames.
Au côté de Mamy Ndiaye qui joue en France, l’équipe nationale de football féminin trois expatriées évoluant dans l’Hexagone, a-t-elle fait savoir, nommant les internationales Mama Diop (Toulouse FC), Ndèye Bineta Diakhaté et Marième Diop Yally (FC Metz).
« L’expatriation de ces internationales est un appel d’air et devrait nous permettre d’avoir encore plus de licenciées », a-t-elle dit, profitant de la célébration de la Journée de la Femme prévue ce vendredi pour lancer un appel aux jeunes filles.
« Le football est ouvert à tout le monde et nous avons aussi notre place », a-t-elle insisté, soulignant que dans les années à venir, elle verra avec la Fédération de football la nécessité d’organiser quelque chose « le 8 Mars » pour inciter les jeunes filles à s’inscrire davantage.
En attendant cette plus grande démocratisation de la pratique du football chez les filles, elle a salué les efforts immenses fournis par l’instance dirigeante du football national notamment lors des dernières qualifications à la CAN 2018.
« Dommage que nous ne sommes pas passés mais tout a été fait pour la qualification contre cette équipe d’Algérie largement à notre portée », a-t-elle dit, se félicitant des 600 licenciées enregistrées à la Fédération sénégalaise de football.Pour cette CAN jouée en novembre dernier au Ghana et remportée par le Nigeria, l’équipe féminine du Sénégal avait été sortie par l’Algérie (1-0 et 0-2).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.