S’imposer par la non représentativité : Cas d’Aliou Sall et Cissé Lô !

L’orthodoxie qui seyait aux élus des collectivités locales pour accéder aux postes de responsabilité consistait d’abord à être natif d’un patelin et ensuite d’y avoir une base politique certaine susceptible de vous faire élire. Mais il semblerait que cette règle sacro-saint est en train d’être bafouée par la puissance de l’argent et l’inertie de ceux qui laissent des étrangers venir les diriger impunément.Publicité

Aliou Sall n’est ni natif de Guédiawaye encore moins y avoir grandi. Et pourtant, grâce à la puissance de l’argent et l’influence du giron présidentiel, il est arrivé à manœuvrer au point d’obtenir le poste de maire de cette localité de la banlieue. Il s’est prestement imposé sans aucune représentativité mais les démons de la division qui ont eu raison des habitants de Guédiawaye ont dû le favoriser. Résultat : Il est maire et fait tout ce qu’il veut sans que les fils de Guédiawaye ne puissent rien lui opposer. Et comme jamais un sans deux, Cissé Lô voudrait lui emboiter le pas sur Dakar. En effet le président du parlement de la Cedeao crie sur tous les toits qu’il voudrait diriger la mairie de Dakar. La où il n’est pas né encore moins y avoir grandi. Il reproduit le même schéma qu’Aliou Sall. Il a beaucoup de frics et est prêt à en user pour manœuvrer au point d’arracher Dakar entre les mains de Soham Wardini. Comble du destin .Il veut dans tous les cas de figure s’imposer à Dakar sans aucune représentativité. Reste à savoir si cette façon très déplacée de faire de la politique peut prospérer face à des Sénégalais qui préfèrent être dirigé par un étranger que par un des leurs.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok