Somalie : tensions avec le Kenya sur les visas de hauts responsables

La Somalie s’est inquiétée des difficultés rencontrées par certains de ses ministres et parlementaires pour entrer au Kenya, selon une lettre authentifiée mercredi par l’AFP, alors que les relations entre les deux voisins se sont dégradées depuis le début de l’année.

Le ministère somalien des Affaires étrangères dit accueillir avec « une profonde inquiétude la décision récente du gouvernement du Kenya de restreindre la délivrance de visas d’entrée aux membres du gouvernement et du Parlement somalien », dans cette lettre authentifiée par un haut responsable somalien.

Il explique s’émouvoir que des membres du gouvernement et parlementaires somaliens aient été récemment « détenus par des responsables de l’immigration, leurs passeports confisqués, et forcés à retourner à Mogadiscio ».

Des soldats traversent une route lors d’un exercice militaire simulé de l’unité d’entraînement de l’armée britannique au Kenya (BATUK) avec les Forces de défense du Kenya (KDF) au ranch ol-Daiga, haut sur le plateau de Laikipia au Kenya, le 26 mars 2018.

Kenya : une rançon a été demandée pour les deux médecins cubains enlevés
Une radio somalienne avait rapporté qu’un vice-ministre et deux sénateurs somaliens, détenteurs de passeports diplomatiques, avaient été empêchés lundi d’entrer au Kenya.

Sans vouloir entrer dans le détail de ce cas, la ministre kényane des Affaires étrangères, Monica Juma, avait déclaré mardi qu’elle serait « très surprise si quiconque s’était vu refuser l’entrée avec un visa » valide.

« Personnellement, je venais de Londres et mes collègues de Mogadiscio, quand nous nous sommes retrouvés bloqués à l’aéroport Jomo Kenyatta, et c’était en fait très surprenant car nous avions l’habitude de venir au Kenya et n’avions jamais connu pareille expérience », a raconté à l’AFP l’un des sénateurs somaliens concernés, Ilyas Ali Hassan.

Dans la même lettre, le ministère somalien des Affaires étrangères s’inquiète également que le Kenya ait rétabli un arrêt obligatoire à Wajir, près de la frontière entre les deux pays, pour un contrôle de sécurité sur tous les vols en provenance de Somalie. Cette pratique avait été abandonnée en 2016.

Les relations entre Mogadiscio et Nairobi s’étaient dégradées en février avec la décision du Kenya de rappeler son ambassadeur pour consultations, après la décision de la Somalie de mettre aux enchères des gisements de pétrole et de gaz situés dans une zone maritime disputée.

Les deux voisins d’Afrique de l’Est se disputent un vaste secteur maritime de plus de 100.000 km2, au sein duquel Nairobi a déjà accordé trois permis d’exploitation pétrolière à la compagnie italienne Eni SpA qui sont contestés par Mogadiscio.

La Cour internationale de justice (CIJ), plus haute instance judiciaire des Nations unies, a commencé en septembre 2016 à La Haye à entendre les arguments des deux parties.

Après une médiation de l’Éthiopie, le Kenya et la Somalie avaient pourtant promis en mars de régler leur différend.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.