Soudan: militaires et civils négocient les contours d’un conseil conjoint

Un nouveau round de discussions a eu lieu dimanche 28 avril à Khartoum entre le Conseil militaire qui dirige le pays et l’opposition rassemblée dans la Coalition pour la liberté et le changement. Samedi soir, un accord a été trouvé afin de créer un Conseil conjoint qui gouvernera à la place des militaires. Mais la plupart de ses termes sont encore à négocier.
Il reste moins de 48 heures aux deux parties pour trouver un accord. C’est en tout cas le délai qu’elles se sont fixé.

Premier point épineux et pas des moindres, la durée de la transition. Les civils souhaitent voir cette période s’étendre sur quatre ans, quand les militaires eux en proposent la moitié.

Puis, il y a les termes du Conseil de souveraineté conjoint à négocier : d’abord le nombre de ses membres, ensuite le partage de sa composition entre civils et militaires, puis les compétences attribuées à chacun et enfin, gros morceau de ces futures négociations, le choix de celui qui incarnera la présidence du Conseil.

Cette décision est importante, car le Conseil conjoint devra assurer toutes les fonctions qui touchent à la souveraineté nationale, comme nommer les ambassadeurs, les procureurs de la République ou encore tout simplement déclarer la guerre.

L’issue de ces négociations déterminera donc un nouveau rapport de force entre civils et militaires. Et pendant ce temps, la place du sit-in, elle, ne désemplit pas.

Ça prend du temps, mais au début le Conseil militaire ne voulait rien abandonner. Si nous avions courbé l’échine dès le début, aujourd’hui nous aurions de nouveau un gouvernement militaire. On était obligés de négocier avec eux et maintenant ce sont eux qui sont obligés de répondre à nos demandes.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok