Soumaïla Cissé continue à rejeter les résultats de la présidentielle au Mali

Le candidat de l’opposition, déclaré officiellement battu à l’élection présidentielle, « rejette » les résultats définitifs proclamés lundi par la cour constitutionnelle, a déclaré son directeur de campagne, Tiébilé Dramé.

« La cour constitutionnelle a rendu un arrêt confirmant la fraude et la manipulation des résultats », a déclaré M. Dramé, joint par téléphone.

« Elle avait l’occasion de rendre un arrêt se fondant sur la vérité des urnes. Elle a préféré rendre service au régime », elle s’est « inféodée au pouvoir en validant le bourrage d’urnes et le trucage des résultats, sources d’instabilité », a affirmé le bras droit de Soumaïla Cissé. « Nous rejetons ces résultats », a-t-il ajouté.

Le président Ibrahim Boubacar Keita arrive dans un bureau de vote à Bamako, au Mali, le 12 août 2018.
Lire aussi :
La cour constitutionnelle confirme la victoire d’IBK au Mali
« Désormais au Mali, il n’y a plus besoin d’élections transparentes et crédibles », a accusé M. Dramé. Il a précisé que M. Cissé s’exprimerait après la grande fête de la « tabaski », comme on appelle en Afrique de l’Ouest l’Aïd el-Kebir, qui se déroulera mardi au Mali.

Le président malien sortant Ibrahim Boubacar Keïta a été officiellement déclaré vainqueur de l’élection présidentielle et entamera son deuxième mandat de cinq ans le 4 septembre, a annoncé lundi la cour constitutionnelle du Mali, en rejetant tous les recours introduits par le candidat de l’opposition.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok