Supposé scandale s*xu*l à Saly : Le Lamantin Beach dément formellement et porte plainte…

L’affaire fait les choux gras de la presse ce matin. Le scénario imaginaire d’un supposé scandale sexuel, déroulé à l’hôtel Lamantin Beach de Saly. L’histoire relate qu’un vigile, doté dont on ne sait quel superpouvoir, a réussi la prouesse d’attirer 5 femmes du personnel de cet hôtel dans ses filets, dont une femme mariée, avec qui il entretenait des relations amoureuses, avant d’en engrosser deux. Pire encore, le Don Juan, doublé d’un maniaque sexuel, avait d’abord convolé en secondes noces avec une autre employée du réceptif.

Avouez que l’histoire est invraisemblable. C’est à croire que ce prince charmant est si craquant qu’aucune femme ne lui résiste. Ou qu’il dispose d’un talisman si envoûtant, qui n’épargne aucune femme. Ou encore que les employées du Lamantin sont quasiment toutes, de mœurs très légère. Rien de tout cela. Parce que l’histoire en question est cousue de fil blanc. Une mission commandée, destinée à ternir l’image de cet hôtel, connu pour être l’un des plus prisés de Saly Portudal.
Faut-il le rappeler, l’administrateur du site La Voix, auteur de l’article, est connu pour avoir souvent écrit des articles favorables à Luc Nicolaï dans l’affaire de la drogue qui avait opposé le promoteur de lutte au Lamantin Beach. Il aurait d’ailleurs avoué ses accointances avec le promoteur dans le cadre de cette affaire.
Dans tous les cas, nos sources bien introduites au Lamantin Beach nous informent que les responsables du réceptif, qui ont bien flairé ce nouveau coup, ont formellement démenti cette histoire. D’ailleurs, une plainte contre l’administrateur de ce site lui sera servie instamment, et un huissier serait d’ores et déjà en train de pointer tous les sites qui ont repris cette information pour les citer dans la plainte.
En effet, indiquent nos sources : « Il sera confronté à tout le personnel, et il devra bien apporter les preuves de ce qu’il a écrit ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.