.

.

.

.

.

THIÈS : DES AGENTS DE SANTÉ PROTESTENT CONTRE DES PONCTIONS SALARIALES

 Les agents du centre de santé du Quartier 10ème de Thiès (ouest) ont repris le travail mercredi dans l’après-midi après avoir observé durant la matinée un arrêt de travail destiné à protester contre des ponctions effectuées sur les salaires d’agents de santé communautaire de ladite structure. Ces travailleurs affiliés au Syndicat unique des travailleurs de la santé et de l’action (SUTSAS) en sit-in durant la matinée ont notamment repris le travail à la suite des assurances fournies par la Région médicale de Thiès, Ils entendaient protester contre des ponctions faites sur les salaires des agents communautaires engagés dans une grève qui avait été déclenchée pour réclamer de meilleures conditions de travail et de rémunération. Le district sanitaire a effectué des ponctions sur les salaires des agents grévistes pris en charge par les Comités de développement sanitaires (CDS), en application d’une circulaire ministérielle, a dit le docteur Moustapha Faye, médecin-chef de district.

Selon lui, la note concerne les salaires des mois de novembre et décembre. Le centre a juste effectué une ponction pour 12 jours de grève du mois de novembre, différant, à travers un moratoire, celle de décembre, a insisté le docteur Faye. La note ministérielle en question visait les seuls fonctionnaires salariés, et non les agents de santé communautaire, qui n’ont pas de salaire, mais juste des « motivations », a de son côté souligné Lamine Niang, secrétaire général de la sous-section du SUTSAS du centre de santé 10-ème de Thiès. Le docteur Moustapha Faye estime que « c’est leur interprétation » de la circulaire qui, d’après lui ne fait pas de distinction entre journalier et les autres. La note cible tous les agents pris en charge par les comités de développement sanitaires (CDS), a-t-il dit. Le centre a connu des « problèmes de trésorerie », atténués par des « stratégies de suppléance », après sept mois de grève des agents de santé, affiliés à « And Gueusseum », a dit le médecin-chef du centre de santé. Concernant l’agent renvoyé, il atteint l’âge de la retraite depuis avril 2018, parce que né en avril 1958. Le centre attendait la fin de l’année pour le libérer, a-t-il fait savoir. Face à la tension faisant suite à l’intervention de la police dans le centre de santé, le médecin-chef de région Mamadou Ndiaye est venu dans la structure sanitaire, pour des pourparlers avec le responsable et les syndicalistes. Le médecin-chef de région a promis « d’ici à demain (jeudi) ou après-demain (vendredi) » de faire une « réduction des ponctions » et de laisser travailler l’agent renvoyé pour trois mois, avant de « négocier les conditions de (son) départ », a rapporté Lamine Niang. A l’appel de la coalition de syndicats de santé « And Gueusseum », les infirmiers, sages-femmes et agents de santé communautaire, ont observé plusieurs mois de grève. Ils ont suspendu leur mot d’ordre, suite à l’appel du chef de l’Etat Macky Sall la semaine dernière lors d’une cérémonie de distinction d’enseignants.

APS

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok