Triste 8 mars : Arnaquée, elle perd ses parents, ses yeux et est obligée de …

Au moment où on célèbre les femmes, beaucoup d’entre elles souffrent énormément. C’est le cas de la dame Bouya Diouf qui a confié son désarroi à la radio Al Fayda, ce 8 mars, journée mondiale de la femme.
Elle était une vendeuse très connue et respectée à Birkilane (région de Kaffrine) jusqu’au soir où elle a reçu un appel téléphonique qui va bouleverser toute sa vie. « C’est au mois de février qu’un numéro inconnu m’a bipé, j’ai pas répondu, mais il m’a envoyé 500 francs CFA de crédit, c’est alors que je l’ai rappelé », confie-t-elle, le récit entrecoupé de sanglots.

« Au bout du fil, l’homme m’a dit qu’il s’appelait Mouhamed Dia, qu’il habitait Medina Gounass, qu’il était fraîchement sorti d’une retraite spirituelle où il a vu ma maladie et le remède adéquat qui allait me permettre de retrouver la vue », continue la victime, qui jusqu’à ce moment a perdu l’usage de ses yeux.

Pour l’aider à guérir, l’arnaqueur lui a demandé une somme d’argent conséquente pour la petite vendeuse à la sauvette qu’elle était. « Il m’a demandé la somme de 150 milles francs, j’ai pas hésité, je l’ai emprunté à mes fournisseurs pour le lui envoyer. Depuis ce jour je ne suis pas guérie mais il continue à me harceler pour que je lui donne encore de l’argent », raconte-t-elle ne sachant plus à quel saint se vouer.

Acculée par ses créanciers, Bouya Diouf, qui a perdu ses parents, a fui sa maison familiale de Birkilane. Elle est en cavale depuis 10 jours et appelle à l’aide.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.