UN CÉRÉMONIAL EXPLIQUÉ PAR LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL

La cérémonie d’investiture qui marque le début du nouveau mandat du président de la République élu comporte deux étapes : la prestation de serment et l’installation du chef de l’Etat, rappelle le Conseil constitutionnel.

La cérémonie d’investiture de Macky Sall, sorti vainqueur de l’élection présidentielle du 24 février dernier, va se tenir mardi au Centre des expositions du pôle urbain de Diamaniadio, dans le département de Rufisque.

‘’La cérémonie du 2 avril 2019 est une cérémonie officielle marquant le début d’un nouveau mandat du président de la République. Elle comporte deux étapes’’, a précisé le Conseil dans une note sur son site Internet visité par l’APS.

Il y a d’abord la prestation de serment.

’’Le président de la République va prendre l’engagement de remplir fidèlement la charge liée à sa fonction, d’observer et de faire observer les dispositions de la Constitution et des lois, de consacrer toutes ses forces à défendre les institutions constitutionnelles, l’intégrité du territoire et de l’indépendance nationale et de ne ménager aucun effort pour la réalisation de l’unité africaine’’, explique la juridiction.

Selon le Conseil, ’’les termes du serment traduisent quelque peu l’enracinement et l’ouverture, des thèmes chers au président Léopold Sédar Senghor’’.

’’En raison de son importance, le constituant veut que cet engagement soit, pour reprendre l’expression de François Luchaire (membre du Conseil constitutionnel français de 1965 à 1974), +solennisé+ par le serment que le président de la République est tenu de prêter’’, ajoute la juridiction.

’’Par ce serment, poursuit-elle, le président de la République prend, comme le disait le président du Conseil constitutionnel Papa Oumar Sakho à propos du serment des juges du Conseil, +un engagement personnel donc un engagement envers lui-même et un engagement envers toute la collectivité’’.

Selon le Conseil, c’est ’’ce qui explique que le serment soit prêté dans le cadre d’une audience ; d’une audience solennelle ; d’une audience publique’’.

Ensuite, il y a l’installation du chef de l’Etat par le constitutionnel, selon la note, soulignant que ‘’c’est à partir de cet acte que le président de la République est investi des prérogatives liées à son statut’’.

Voici la composition du Conseil constitutionnel :

Papa Oumar Sakho, magistrat, président

Pr Ndiane Diouf, Agrégé de droit privé, professeur agrégé des universités, vice-président

Mandiogou Ndiaye, magistrat, membre

Bousso Diao Fall, magistrat, membre

Pr Saïdou Nourou Tall, Agrégé de droit public et sciences politiques, professeur titulaire des universités, membre

Mouhamadou Diawara, ancien président de chambre à la Cour suprême, membre

Abdoulaye Sylla, inspecteur général d’Etat, membre.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok