Un décès sur cinq lié à une mauvaise alimentation

L’alimentation est responsable d’un décès sur cinq dans le monde. Soit à cause d’un excès de consommation de sucres, de sel ou de viande, soit à cause de carences.
Un décès sur cinq dans le monde, soit 11 millions, était lié à une mauvaise alimentation en 2017. En cause: des excès en sel, sucre ou viande et des apports insuffisants en céréales complètes et en fruits. La quasi-totalité de ces décès a été provoquée par des maladies cardiovasculaires, et le reste par des cancers et le diabète de type 2, souvent associé à l’obésité et aux modes de vie (sédentarité, alimentation déséquilibrée), selon une étude publiée jeudi 4 avril 2019 dans The Lancet. Des travaux qui relèvent de fortes disparités selon les pays.

Cette étude s’inscrit dans la continuité de deux autres recherches parues en début d’année. L’une soulignait déjà l’importance de manger moins de viande et de sucre mais aussi de doubler la consommation de fruits, de légumes et de noix pour réussir à la fois à nourrir la population mondiale mais aussi à préserver le climat de la planète. Un rapport, paru fin janvier 2019, insistait pour sa part sur le lien existant entre obésité, sous-alimentation et changement climatique.

Certains « suralimetés », d’autres « malnourris »
« Ces trois phénomènes interagissent : le système alimentaire est non seulement responsable des pandémies d’obésité et de dénutrition, mais génère aussi 25% à 30% des émissions de gaz à effet de serre », y écrivaient des spécialistes, estimant qu’il fallait combattre ces trois problèmes de façon globale mais aussi mieux encadrer les multinationales de l’alimentaire, comme l’ont été celles du tabac.
La nouvelle étude publiée jeudi 4 avril 2019, et qui porte sur 195 pays, vient rappeler les conséquences sanitaires d’une alimentation déséquilibrée. Selon ses auteurs, plus de la moitié des décès en 2017 était causée par des carences en noix, graines, lait et céréales complètes. À l’inverse, les boissons sucrées, la viande transformée et le sel sont trop consommés. Près de deux milliards de personnes seraient ainsi « suralimentés », tandis que près d’un milliard souffrirait de malnutrition, selon les Nations unies. Ainsi, sur 11 millions de décès dus à l’alimentation, 10 millions étaient attribuables à des maladies cardio-vasculaires, 913.000 à des cancers et 339.000 au diabète de type 2.

Un manque de données
« Cette étude montre ce que nous sommes nombreux à penser depuis des années : une mauvaise alimentation est responsable de davantage de morts qu’aucun autre facteur de risque au monde », affirme l’un des auteurs, Christopher Murray. Il dirige l’Institut de métrologie et d’évaluation de la santé (IHME, Université de Washington), organisme financé par la fondation Bill et Melinda Gates. « Le manque de fruits, de légumes et de céréales dans notre alimentation » est une constante à travers le monde, ainsi que « l’excès de sodium », souligne-t-il.

Un décès sur 5 dans le monde serait dû à une mauvaise #alimentation, révèle une étude internationale parue dans @TheLancet. Pour en savoir + sur les liens entre ce que nous mettons dans nos assiettes et notre santé 👇
Avec de grosses disparités selon les pays. Ceux avec les plus importants taux de décès liés à une mauvaise alimentation sont l’Ouzbékistan, avec 892 morts pour 100.000 habitants, et l’Afghanistan. À l’inverse, ceux où cette proportion est la plus faible sont Israël (89 morts pour 100.000 habitants), la France, l’Espagne et le Japon. Les auteurs mentionnent toutefois la disparité dans l’obtention des données pour chacun des régimes alimentaires : si les informations sur l’obésité étaient disponibles dans 95% des pays, celles concernant le sodium l’étaient dans environ 25% des pays. Autre difficulté : les chercheurs reconnaissent également que le lien entre l’alimentation et les décès ne peut être établi avec autant de certitude que dans le cas d’autres facteurs de risques, tels que le tabac.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.