Un djanatou sans le Cheikh suscite – t’il – des controverses?

” Serigne Béthio Thioune ne sera jamais remplacé dans nos cœurs. Ni lui, ni elle ne peuvent le faire. Heureusement qu’ils le savent. Le vide que mon marabout a laissé dans mon âme est devenu insupportable. Je crois que je ne vais pas pouvoir vivre encore longtemps avec cette tristesse. C’est aujourd’hui que je me suis rendu compte que j’ai vraiment perdu mon Cheikh ”… Des mots arrachés de la bouche de ce Thiantacône de 43 ans qui a choisi de célébrer le 18 Safar, ni à Ngabou ni à Dianatoul Mahwa, mais à Mbacké, chez lui.

Préférant garder l’anonymat, M.L.M. dit ne guère savoir où donner de la tête. ” Mon guide spirituel ne mérite pas ce que son fils et son épouse sont en train de lui faire. Ils ont divisé sa famille. La vraie famille de Cheikh Béthio c’était nous, ces talibés. Cette famille qui n’avait d’yeux que pour son Cheikh qui les aimait par dessus tout, qui les chérissait, et qui, malgré le poids de l’âge, se débrouillait pour esquisser des pas de danse sachant que tout le monde allait être content de le sentir en bonne santé. Son rappel à Dieu nous a mis dans le coma, cette division post-mortem nous a achevés. Personnellement, je ne vis plus. ”. À la question de savoir pourquoi, il n’a pas choisi d’aller se ranger derrière Serigne Saliou Thioune ou Sokhna Aïda Diallo, sa réponse est sans appel. ” Mon cœur a choisi, c’est mon corps qui refuse de se déplacer. Et je ne suis pas le seul dans ce cas. Beaucoup ont préféré rester avec le Cheikh. Il n’y a que lui qui mérite mon âme. ”

UN MAGAL SANS LE CHEIKH
Pour la première fois depuis plus de 20 ans, le thiant, en ce jour de Magal, devra connaître deux visages et sera forcément célébré en deux lieux différents. Les Thiantacônes seront obligés de se séparer. Les uns resteront à Dianatoul Mahwa et les autres iront à Ngabou. Un fait nouveau que seule la disparition de Serigne Cheikh Béthio Thioune pouvait occasionner. Ce qui est malheureux dans ce schéma, c’est que des membres d’une même famille ont été divisés. Deux groupes se sont créés et chaque groupe s’arme de théories et de théorèmes. ” Jamais dans l’Islam, une femme n’a succèdé à son époux ou même à son père ”, dit-on essentiellement à Dianatoul Mahwa. ” La dernière volonté du Cheikh était de se faire succéder par son épouse ”, riposte-t-on à Ngabou. Un troisième groupe argue : ” nous ne sommes pas un héritage qu’il faut ventiler entre des ayants -droit ”, largue-t-on ailleurs.

Cette nuit, il restera le défi des discours, celui de l’ambiance et de la mobilisation.

DES PROGRAMMES DIFFÉRENTS
Ainsi, devrions-nous rappeler que Serigne Saliou Thioune ” Gueule Tapée ” a adopté le même programme que son défunt père. Nos sources de nous signaler que la feuille de route déroulée, en son temps, était le suivant. Des bœufs étaient convoyés chez des chefs religieux, d’autres étaient acheminés dans les Santhianns, une partie était destinée au magal et le reste ( puisqu’il en restait toujours sous Cheikh Béthio) était gardé pour le Gamou. Son fils a décidé de reconduire le même canevas même si les quantités de bœufs sont carrément différentes du père au fils.

À Ngabou, Sokhna Aïda Diallo a ajouté dans ce programme jadis mis en place par son défunt époux, un autre point : celui de convoyer des bœufs chez certains de ses disciples. Ainsi beaucoup de ceux qui ont choisi d’être avec elle ont eu droit à un bœuf. Un fait non négligeable et non officiellement expliqué !

DES LEADERS AUX ARGUMENTS DIFFÉRENTS

Si Serigne Saliou Thioune se prévaut du soutien des compagnons de première heure de Serigne Cheikh Béthio Thioune ( Serigne Babacar Mbaye, Serigne Ibrahima Diagne, Pape Assane Diouf , Ibou Kouyaté, Serigne Pape Ndiaye des Hlm, Youssou Mboup, Saliou Barro pour ne citer que ceux-là) et des chantres du Thiant de la trempe de Mouhamed Niang, Tawfékh Mbaye, Babacar Seck etc… Sokhna Aïda Diallo s’est enrichie de la présence du très célèbre prêcheur Serigne Saliou Samb. Il y’a aussi Serigne Saliou Mbow, Diawrigne Kara, Diawrigne Idrissa Samb et Diawrigne Limamou et des chantres comme Assane Salam etc… Le duel à distance se poursuit. Le principal atout de Serigne Saliou Thioune demeure la bénédiction du Khalife Général des Mourides et de celle de Serigne Cheikh Saliou Mbacké.

ÉTAT DES LIEUX

À Dianatoul, les installations pour abriter le Thiant sont achevés. Les cuisines ont été identifiées et les diawrignes de ces cuisines désignés. On attend visiblement énormément de monde. À Ngabou, c’est pratiquement le même décor. Toutefois, tout semble sensiblement bunkerisé. C’est quasiment impossible d’accéder à la maîtresse des lieux.
Senegaldirect avec Senegalactu

C’est dans ce contexte que les Thiantacônes devront évoluer. Pour combien de temps encore ? L’avenir le dira.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.