Cambriolage et meurtre : Le lutteur B. N risque 20 ans de travaux forcés

Badara Ndiaye devra croiser les doigts pour que son séjour carcéral ne se prolonge. Il risque en effet une peine de 20 ans de travaux forcés pour avoir cambriolé deux boutiques avant de tuer une dame. Les faits se sont déroulés le 18 avril 2012. Entendu, il a déclaré avoir perdu un lot de cartes de crédit. À la suite de cela, la police a saisi la Sonatel pour une réquisition en lui remettant le numéro de série des cartes de crédit volés. Ainsi, la police est informée d’un appel émis sur l’une des cartes volées. Ce numéro avait appelé sur le portable de Louis Nuñez alias Loulou. Ce dernier est interpelé par la police et soumis à un interrogation serrée. Il craque et soutient que c’est le lutteur Badara Ndiaye qui l’a appelé sur son téléphone. Badara Ndiaye est ainsi arrêté. Face au juge de la chambre criminelle de Dakar pour répondre des chefs d’association de malfaiteurs et de vol en réunion commis la nuit ayant entrainé la mort, l’accusé a retourné sa veste. Il a nié tous les faits qui lui sont reprochés, soutenant qu’il n’a jamais volé car étant à l’abri du besoin. Il vit chez son père et n’a aucune responsabilité. Seulement, il reconnait être le propriétaire des deux téléphones portables qu’il a achetés, dit-il, au marché noir de Thiaroye. Mais selon le parquet, l’accusé et ses complices sont de mauvaise foi en tentant de nier les faits. Aussi, a-t-il requis 20 ans de travaux forcés. Badara Ndiaye sera fixé sur son sort le 19 prochain…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.