Candidat du Pur à la présidentielle de février prochain: Pr Issa Sall remplit à ras bord les allées du Centenaire et promet une batterie de mesures aux Sénégalais

Un gouvernement qui ne dépassera pas 20 ministres pour deux soucis : le souci du train de vie de l’Etat et de l’efficacité, un Conseil supérieur de la justice en lieu et place du Conseil supérieur de la magistrature, un président de la République qui ne deviendra plus une Institution, mais la présidence de la République ès qualité, une Assemblée nationale à changer avec le mode d’élection des députés ; le regroupement du ministère de l’Éducation nationale, la Formation professionnelle, l’Enseignement supérieur, la Recherche en un seul ministère ; élimination des séries de Baccalauréat au profit d’un seul et même cursus pour tous de la 6e à la Terminale… Voilà ce à quoi s’engage le Parti de l’Unité et du Rassemblement (PUR), une fois au pouvoir. Son candidat pour la présidentielle a été investi samedi, avec une mobilisation jamais vue.

Le Parti de l’Unité et du Rassemblement (PUR) veut le pouvoir et il ne lésine pas sur les moyens et la mobilisation pour l’obtenir. Dans son programme «PUR 100» lu par le Pr professeur Issa Sall, investi candidat avant-hier samedi, le Parti de l’unité et du rassemblement s’est engagé à changer radicalement le Sénégal. 

A ce sujet, le Pr Issa Sall promet s’il accède à la magistrature suprême de mettre l’homme au début, au milieu et à la fin de son programme. Les Institutions qui jadis, connaissaient un déséquilibre, assure-t-il, ne connaîtront plus les mêmes problèmes. Selon Issa Sall, dès qu’ils accéderont au pouvoir, le Président ne sera plus une Institution. C’est la présidence de la République (qui est une personne morale et non une personne physique) qui sera l’institution. Et cette présidence de la République, toujours selon les dires du Pr Issa Sall, devra défendre sa politique devant l’Assemblée nationale. 

Le mode d’élection des députés connaître aussi un changement. Et pour la justice, «dernier rempart de la démocratie», Issa Sall promet de lui donner toute son indépendance. Au-delà du Conseil supérieur de la magistrature, il mettra en place un Conseil supérieur de la justice. 

Un gouvernement de 20 ministres

Raillant l’actuel régime, Issa Sall indique : «il n’y aura pas une pléthore de ministres comme les autres. Ils s’étaient engagés à 25 ministres ; ils sont à combien ? 84. Moi, je peine à atteindre les 20», a dit Issa Sall. Qui s’engage : «je vais quand même arrondir ; mais je ne dépasserai pas 20 ministres. Pour deux soucis : pour des soucis de train de vie de l’Etat. Mais principalement pour des soucis de cohérence et d’efficacité. Vous ne pouvez pas prendre l’Éducation nationale, la Formation professionnelle, prendre l’Alphabétisation, l’Enseignement supérieur, la Recherche et en faire des ministères. Ça n’a pas de sens. Pour nous, ce sera un seul ministère. Cinq ministères économisés en un». 

M. Issa Sall de promettre aussi que l’Hygiène, la Santé et l’Action sociale» seront regroupées dans «un seul ministère et cet engagement-là sera maintenu». 

Dans les 100 premiers jours qui suivront son investiture, il donnera l’état des lieux

Les Sénégalais sauront aussi l’état dans lequel il a trouvé les lieux. Dans les cent premiers jours de gouvernance, Issa Sall promet de faire un point de la situation. «Je vais dire l’état du pays : combien sommes-nous ? quantitativement et qualitativement. Nous-mêmes qui sommes à l’Assemblée, nous ne savons pas ce qu’on fait du budget de l’Assemblée nationale. Quelle est la partie allouée aux députés dans le budget ? La partie allouée aux administratifs, à l’achat de véhicules…nous sommes députés et nous ne le savons pas. Alors, nous allons faire l’état des lieux. Vous dire combien le pays a de milliards gardés à la Bceao, le nombre de kilomètres de routes, d’universités, d’écoles, etc». Issa Sall promet aussi la suppression de toutes les agences budgétivores et inutiles. 

La présidence de la République, assure-t-il, ne va plus abriter des projets techniques. «Quand un projet est juteux dans ce pays, il est toujours logé à la présidence de la République. Moi, je ne vais pas loger de projets. Je veux m’occuper de mon rôle de président de la République. Aucun projet du genre Apix ne sera plus logé à la Présidence», déclare Issa Sall. 

Un hôpital dans chaque département du pays

Chaque département aura un hôpital, a-t-il promis. « Pas un centre de santé, mais un hôpital avec tout ce qui va avec. Il sera aussi érigé dans chaque département, une université de taille moyenne et cela est possible, a dit Issa Sall. Il n’y aura plus de séries pour le Bac. Même cursus pour tout le monde, de la 6e à la Terminale. C’est seulement quand les gens seront à l’université qu’ils auront la possibilité de choisir ce qu’ils veulent faire. Tout Sénégalais, à la charge de l’Etat, promet-il, suivra une formation jusqu’à 16 ans. Après, il est libre de continuer ou d’arrêter de fréquenter l’école. Mais ce ne sera pas avant 16 ans ». 

Les Echos

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok