.

.

.

.

.

Centre d’appels “Way2Call”…Les employés se rebellent (Vidéo)

Encore un scandale dans le milieu des centres d’appels.

Après les nombreux problèmes relayés par la presse et malgré le cri de cœur des employés de PCCI qui sont restés depuis près de 10 mois sans salaire, il n’y a toujours pas de solutions pour les pauvres employés qui vivent dans un état de précarité terrible.

Des langues bien pendues affirment que cette quasi impunité dont bénéficie les dirigeants de cette entreprise est dû au fait que l’un des dirigeants serait le beau-frère du premier ministre himself.

Un autre centre d’appel et pas des moindres, WAY2CALL pour ne pas la citer, propriété du non moins célèbre ancien DG de l’ARTP et épinglé pour sa gestion cette institution serait aussi dans la tourmente.

Pour rappel il avait été épinglé par l’IGE pour violation des dispositions de l’article n°1005 de la loi n°92-40 du 9 juillet 1992, modifiée, portant Code général des impôts et domaines pour un préjudice estimé à près de 800 millions de nos francs.

Pour en revenir à notre sujet, les agents auraient observé une grève de près de 24 heures pour réclamer leur salaire.

Certains des téléconseillers comme on les appelle se sont rapprochés de certaines rédactions pour expliquer les graves manquements dont ils sont victimes de la part de leur hiérarchie.

Ils estiment qu’ils travaillent comme des malades en sous-traitant les appels des sociétés SONATEL et TIGO qui sont des clients de WAY2CALL et qui les paieraient rubis sur ongle et qu’à chaque fois ils ont des problèmes de salaires et sont victimes de mauvaises conditions et d’un manque de respect de leur direction et surtout de la DRH une expatriée française qui leur mène la vie dure.

Elle leur propose des contrats d’apprentis à quasiment 60 000 F à 80 000 F et malgré que c’est eux qui font rentrer l’argent.

Ils disent que les salaires ne sont pas payés à temps et qu’il y a toujours des erreurs et qu’ils subissent des menaces quasi-quotidienne.

En plus de cela, les jeunes filles subissent un véritable harcèlement sexuel et moral de la part de leur manager et principalement du responsable Technique, Monsieur Adolf. K qui ne cesse de leur proposer des promotions contre droit du droit de cuisage. Il y a aussi les chefs de Plateaux D. FAYE, P. MBENGUE, R NDIONE et certains superviseurs.

Toutes les promotions se font par copinage ou bien parce qu’on sort avec Adolf. Ce dernier profite de sa position pour se servir. Il vient toutes les nuits récupérer des jeunes filles qui bénéficient de tous les avantages.

Elles ont des permissions les jours de fête et sont avantagées lorsqu’il y a des promotions alors que celles qui refusent sortir avec lui ou des chefs de Plateau subissent toutes sortes de châtiments.

Que fait l’État, que fait le Ministère du Travail, Que fait l’inspection du Travail.

Les centres d’appels sont de véritables bombes à retardement ou règne aucune règle.

Depuis 2 ans des centres d’appels marocains arrivent et répètent les mêmes pratiques en termes de non-respect du droit du travail.

Il est temps que l’Etat se penche sur ce secteur qui bien que pourvoyeur d’emploi doit être assaini.

Les travailleurs n’ont quasiment pas de protection sociale et sont exploités (horaire de travail inadaptées, salaire insignifiant, harcèlement moral et sexuel, manque de reconnaissance etc.)

Ces derniers temps on observe de plus en plus des mouvements de grève, nous sommes à la veille d’élection, l’Etat doit jour son rôle régalien et veiller aux respects des règles établis…Voci la vidéo de la rébellion des employés dudit centre d’appels…

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok