Espagne: le budget de Pedro Sanchez retoqué, élections anticipées en vue

Le Parlement espagnol a rejeté dans un vote à la mi-journée le projet de budget 2019 du gouvernement Sanchez. Le socialiste avait besoin du soutien des indépendantistes catalans qui avaient annoncé qu’ils voteraient contre. Des élections pourraient alors être convoquées en avril. Les indépendantistes refusent leur soutien car ils estiment que le gouvernement ne joue pas le jeu du dialogue et cède à la pression de l’extrême droite.

Sur les 350 parlementaires 191 ont soutenu les amendements destinés à bloquer le projet de budget. Les partis indépendantistes catalans ERC et PDeCAT ont voté avec Ciudadanos et le Parti populaire (droite).

Ver imagen en Twitter

El #Pleno aprueba la devolución al Gobierno del proyecto de Presupuestos Generales del Estado para 2019. #

Peu avant le vote, le PDeCAT avait prévenu qu’il ne voterait par le projet de budget 2019 préparé par le gouvernement de Pedro Sanchez. Or le PSOE, qui ne disposait que de moins d’un quart des élus au Parlement, ne pouvait faire passer son budget sans le soutien des élus de formations régionales.

Les indépendantistes catalans voulaient en contrepartie de leur soutien le droit à l’autodétermination. A une heure du vote, prévu à la mi-journée, le député PDeCAT Carles Campuzano avait déclaré aux journalistes que son parti n’avait pas changé d’avis.

Ecoutez les explications du ministre catalan de l’Action extérieure:

Le budget est un projet politique de Mr Sanchez et c’est à lui de défendre, de soutenir son projet. Mais là nous avons dit, ‘écoutez, il faut parler de tout’. Vous aviez dit qu’il y aurait du dialogue. Mais où est le dialogue ?Alfred Bosch, ministre catalan de l’action extérieure13/02/2019 – par RFIÉcouter

Pedro Sanchez pourrait être contraint de convoquer des élections anticipées: le 28 avril et le 26 mai, dates des prochaines élections européennes, municipales et régionales, sont évoqués dans la presse, selon l’Agence France-presse. Un scrutin qui pourrait favoriser les partis de droite et notamment le parti de la droite radicale Vox, en pleine ascension

Le chef du gouvernement socialiste Pedro Sanchez devant le Parlement pour le vote des amendements au budget qui pourrait entraîner son blocage.REUTERS/Sergio Perez

Cet événement politique est intimement lié à la tenue du procès contre les séparatistes catalans, actuellement au tribunal suprême. Ce rejet du budget de la part des formations sécessionnistes va certainement accentuer les tensions pendant les mois à venir et aussi couper tout dialogue possible entre le pouvoir central à Madrid et le pouvoir régional en Catalogne.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok