Le show Neymar fait la une, la Belgique marque les esprits

Le monde du foot encense Neymar, l’Angleterre à fond derrière Harry Kane ou encore la Belgique miraculée, retrouvez dans votre revue de presse Foot Mercato les dernières informations de la presse sportive européenne.

Le monde du foot s’enflamme pour Neymar

Auteur d’un but et d’une passe décisive hier après-midi face au Mexique, la star brésilienne Neymar a quasiment qualifié à elle seule le Brésil pour les quarts de finale de la Coupe du monde. Une performance qui n’est pas passée inaperçue et qui s’invite à la une de la presse mondiale ce matin. Pour le journal Lance, le Parisien fait partie, avec Thiago Silva et Willian, d’un trio qui peut porter le Brésil très loin dans la compétition. Pour Extra, « Neymar est déjà allé plus loin que Messi et Cristiano Ronaldo dans ce Mondial. » En Italie aussi on s’enflamme même si, comme l’indique le Times, on n’oublie pas la séquence où Neymar s’est tordu de douleur durant de longues secondes après qu’un joueur mexicain lui a marché sur la cheville, mais de manière, semble-t-il, involontaire.

L’Angleterre à fond avec Kane

C’est le grand soir pour l’Angleterre. Deuxièmes de son groupe derrière la Belgique, les Three Lions ont l’occasion de rallier les quarts de finale en rencontrant la Colombie. C’est pourquoi tout le royaume a les yeux tournés vers son buteur, Harry Kane. « Allez, Kane », lâche le Sun. « L’opportunité d’une vie », indique de son côté le Daily Telegraph. Tous les journaux se mettent à pousser derrière leur équipe qui n’a plus soulevé le trophée Jules-Rimet depuis 1966, faut-il le rappeler.

La Belgique « miraculée »

Ils sont passés près de l’humiliation les Belges, hier soir ! Et ce matin toute la presse du pays en est consciente. Menés 2-0 par de redoutables Japonais, les Diables Rouges sont revenus de nul part pour arracher leur qualification (3-2) et défier le Brésil en quarts de finale. « Miraculés », clame haut et fort La Dernière Heure. Pour le Het Nieuwsblad, « c’était beaucoup trop excitant. » Dans les deux sens du terme : excitant au vu du scénario, mais très stressant, car les Belges ont été menés une bonne partie de la deuxième mi-temps.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok