Mawlid 2019 – Une Nuit de Haute Facture chez les Moustarchidine

Les Moustarchidines ont célébré la Naissance du Prophète Mohammed comme à l’accoutumée au Champ des Courses de Tivaouane sous la Présidence de Serigne Mouhamadoul Moustapha Sy, Responsable Moral. Vêtu d’un Grand boubou blanc, Serigne Moustapha Sy étale toute sa connaissance pour magnifier cette Nuit de Naissance de la Créature Exceptionnelle.

La Naissance du Prophète est plus un événement, peut-on apprendre dans son discours, c’est de la pure réalité transcendante. Tout se base sur la connaissance mais malheureusement cette connaissance est éphémère raison pour laquelle l’homme ne doit pas se focaliser uniquement sur cette connaissance mais sur la Sagesse (Hikma) qui supplée cette connaissance éphémère.
La nuit de naissance du prophète est tellement importante, renseigne Serigne Moustapha, que sept autres nuits l’ont longtemps attendue. Pour dire que combien le Prophète Muhammad demeure la Créature exceptionnelle.

Toujours dans son cours magistral, le Grand Patron explique que Le Créateur définit La nuit de la destinée comme la garantie pour toute la créature. Donc cette nuit qui vaut 1000 ans doit être un échappatoire pour la créature surtout celles qui ont réussi toutes les épreuves.
Revenant sur le Prophète Mohammed et son voyage nocturne, Seydi Moral nous dit qu’il a demandé avant de partir le motif de sa visite et qui est-ce-qu’il va aller rendre visite. Et pourtant d’aucuns diront que c’est Dieu mais ce qu’ils ignorent est que le Prophète est toujours avec Dieu.

Assis devant une foule qui écoute religieusement, Le Responsable Moral nous apprend que toutes les nuits qui attendent la nuit de naissance du Prophète se retrouvent sur une seule nuit wa douha wa leuyli aza sa dja. Mais d’après Serigne Moustapha, Dieu a donné une assurance à Mohamed que cette rencontre sonne comme la preuve qu’Il lui a tout donné. Le prophète dans son humilité Lui répond, nous dit Seydi Moral, qu’il sera content que lorsqu’il n’y a pas un seul musulman en enfer. Un des enseignements que nous pouvons aussi retenir sur le discours de Serigne Moustapha Sy est qu’il nous a fait comprendre qu’entre Noé et Jésus il y a 4000 ans d’intervalle. Mais le prophète a la mission de rectifier toutes les erreurs durant cette intervalle. Et en 23 ans il les a réparé, preuve qu’il est abreuvé à la source meilleure.

Le Prophète est conscient de sa mission et dans la vie le plus important ce n’est pas ce dont on hérite mais ce qu’on arrive à réaliser en si peu de temps. C’est ça la réussite.
En fin Homme de Dieu, Mara explique que c’est Le Prophète qui est le premier à instaurer le dialogue national. Pour comprendre celà nous dit-il, il faut se retourner à la crise qui allait s’éclater lors de la reconstruction de la Kaaba et que l’on devait restaurer la Pierre Noire. Chaque communauté se disait être la plus légitime pour le faire. Mais c’est le prophète Mahomet dans sa clairvoyance qui a apporté la solution pour éviter la crise. Ce qui veut dire que pour réussir une action, il faut oser prendre des décisions courageuses sinon l’avis des uns et des autres deviennent un obstacle.

Le Grand Professeur, dans sa connaissance immense d’une immensité grandiose nous renseigne que avant de donner de l’importance à une cité il fait essayer d’abord de comprendre ce que veut chaque communauté.
Ce qui fait la différence entre les hommes c’est cette valeur appelée Principe qui doit être la valeur cardinale. Cette valeur peut permettre à l’homme de faire face aux pièges de la responsabilité. Car avant d’endosser une responsabilité il faudra avoir toutes les qualités requises.C’est cet état de fait qui a permis au Prophète d’être honnête envers les autres avec qui il compose les Cinq Prophètes élus. Malgré cette humilité il est important de comprendre que le Prophète n’a pas besoin d’etre l’ombre de son père Abdallah mais c’est ce dernier qui a besoin d’être son ombre.

Serigne Moustapha Sy est aussi revenu sur la situation du pays et les tares qui peuvent détruire le Sénégal et parmi ces tares on peut citer Le Mensonge, avant de finir par donner rendez-vous le lendemain pour le traditionnel ziar de Gamou.

Essaie de commentaire par Khalifa Ababacar Ndiaye, l’humble disciple de Serigne Mouhamadoul Moustapha Sy.

#laplumedesonmara

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.