RD Congo : 17 civils tués dans les attaques de l’ADF dans l’est du pays

Dix-sept personnes ont été tuées dans deux attaques perpétrées par le groupe militant des ADF (Forces démocratiques alliées) dans la région de Beni, dans l’est de la République démocratique du Congo, a annoncé vendredi un maire de la ville.

Douze civils, des agriculteurs ont été tués à Mangolikene, dans la banlieue de la ville de Beni, dans le Nord-Kivu, et cinq autres sont morts dans la région de Paida, a déclaré le maire Nyonyi Masumbuko Bwanakana à l’AFP. Le porte-parole de l’armée régionale a déclaré que les cinq meurtres commis à Paida avaient eu lieu lors d’une attaque contre la caserne de la ville. Des explosions ont été entendues pendant la nuit à Paida.

Le gouvernement a souvent reproché au groupe ADF des meurtres, des vols et des enlèvements, même s’il est parfois difficile de savoir qui sont les vrais assaillants. Les Forces démocratiques alliées (ADF) sont un groupe armé composé principalement d’islamistes et historiquement créé par des groupes d’opposants au président ougandais Yoweri Museveni. L’ADF est responsable de l’assassinat de plusieurs centaines de personnes depuis 2014.

Ces attaques ont eu lieu le lendemain de la visite du candidat de l’opposition Martin Fayulu  das le cadre de sa campagne pour l’élection présidentielle en RDC. Fayulu fait partie des nombreux candidats à la course dans un pays qui n’a pas connu de transition pacifique du pouvoir depuis son indépendance de la Belgique en 1960.

Au total, 21 candidats sont inscrits à la course du 23 décembre pour remplacer Joseph Kabila, âgé de 47 ans, qui dirige le pays depuis 2001, mais l’opposition est pour l’instant incapable de s’entendre pour présenter une candidature commune.

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok