Urgent- Après Massaly un autre « lieutenant » du PDS tourne le dos à Wade

Pour la première fois, l’ancien député Mor Talla Diouf évoque les raisons de son départ du Parti Démocratique Sénégalais (Pds), mais également des retrouvailles avortées entre Me Abdoulaye Wade et le Président Macky Sall par l’intermédiaire de la Première Dame Marième Faye Sall. Et c’est pour révéler que c’est Karim Wade qui l’a poussé à la sortie après avoir expulsé Farba Senghor du Pds. Il accuse également l’ancien ministre de la Coopération Internationale d’être responsable de l’échec des retrouvailles mentionnées plus haut.

Responsable du Pds à Tivaouane, vous avez quitté cette formation pour rejoindre Macky Sall. Qu’est-ce qui a été à l’origine de votre départ du Pds?

J’ai d’abord milité au Parti socialiste (Ps) avant de démissionner pour rejoindre le Pds. Me Abdoulaye Wade m’avait reçu à bras ouverts. Sous la bannière du Pds, j’ai été député pendant deux législatures. Me Wade est un père pour moi et je faisais partie du cercle restreint de ses amis. Dans le parti, j’étais très proche de lui et de son fils Karim. C’est par la suite que j’ai eu un différend avec Karim Wade.

Et c’est la première fois que j’en parle. Cette affaire remonte à l’exclusion de Farba Senghor du Pds. En effet, lorsqu’on a voulu exclure Farba Senghor du parti, je me suis opposé en invitant les théoriciens de cette idée au dialogue. Me Wade partageait ma position ; mais Karim s’est énergiquement opposé à ma proposition et a saisi le Comité Directeur et le Conseil de Discipline pour mettre ses menaces à exécution.

Je suis revenu à la charge pour lui faire comprendre que Farba Senghor s’est beaucoup sacrifié pour le parti et qu’il (Karim Wade) n’avait pas plus de mérite que lui, si ce n’est le fait d’être le fils du Président Wade Et par conséquent, il n’avait nullement le droit de se comporter de cette façon. Mais ce fut peine perdue ! L’exclusion de Farba Senghor a été actée.

Par la suite, lors d’une émission télévisée, Farba Senghor est revenu sur le processus de son exclusion en rappelant le rôle que j’ai joué face à cette forfaiture. Ce qui n’a pas plu à Karim Wade qui était dans tous ses états. Pour contre dire les propos de Farba Senghor, il m’a envoyé un émissaire, un certain Saliou Dieng – que je ne connais même pas avec une déclaration préfabriquée pour que je revienne sur mes propos. J’ai envoyé balader ce jeune Karimiste qui, à son tour, a rendu compte à son mentor.

Trente minutes plus tard, Karim Wade m’a appelé au téléphone du Qatar où il se trouvait pour s’enquérir de la situation. Je lui ai reproché son comportement et le fait qu’il veuille me faire mentir devant un jeune homme qui a l’âge de mon fils. Farba Senghor n’avait dit que la vérité. A la suite de cet entretien téléphonique, Karim Wade est resté trois mois en m’ignorant royalement. Pour qui connait son influence dans le dispositif du Pds, j’ai préféré couper tout lien avec cette formation politique et partir. Je veux que tout le monde sache que c’est Karim Wade qui m’a poussé à la sortie.

Lorsque j’ai quitté le Pds, l’ancien responsable de Rewmi, Oumar Sarr, m’a accueilli dans son parti qui fait partie de la coalition présidentielle. Le jour du lancement de mes activités dans cette formation politique, Karim Wade m’a appelé à sept reprises, mais j’ai refusé de répondre. Je ne regrette pas d’avoir rejoint la coalition présidentielle, car c’est une manière de rendre l’ascenseur au Président Macky Sall qui, en sa qualité de ministre de l’Energie, avait électrifié quatre villages de ma localité».

Vous étiez également l’homme de l’ombre pour amorcer les retrouvailles entre Macky Sall et Me Wade. Pouvez-vous nous en dire plus ?

«Tout est parti d’une scène regrettable, lorsque la Première Dame, Marième Faye Sall, s’est rendue par surprise au domicile de Me Abdoulaye Wade sans y être reçue. Me Wade qui revenait de la prière de Korité à Majalikoul Jinane, n’était pas informé de cette visite. Elle n’avait pas averti, non plus,l ’ancien Président de sa visite. Ce malentendu a été à l’origine de moult commentaires. C’est dans ce contexte qu’un responsable dont je tairai le nom (un proche du Président Sall qui n’est pas en odeur de sainteté avec le Président Wade, est venu me proposer de jouer les bons offices pour faciliter la rencontre entre Wade et la Première Dame. Je suis allé voir le Président Wade qui a confirmé qu’il n’était pas informé de la visite de Marième Faye Sall, avant de donner son aval pour la rencontrer en présence de Mme Viviane Wade. Tout était fin prêt pour organiser cette rencontre. Seulement, l’incident malheureux de Touba est venu tout chambouler.

En effet, lors d’une visite à Touba, le pape du Sopi avait tenu des propos offensants à l’endroit de son successeur, le Président Macky Sall qui, par la suite, s’est radicalisé. Même si je n’ai pas réussi à rapprocher les deux hommes, je demande aux bonnes volontés d’œuvrer pour le rapprochement des deux présidents. Je prie pour que ce quinquennat marque la fin des hostilités entre Macky Sall et le Me Abdoulaye Wade.

C’est mon souhait le plus cher, même si je considère que cette réconciliation ne sera pas facile, car certains ne veulent pas de ces retrouvailles. Un jour, lorsque j’étais avec Me Wade pour le convaincre de rencontrer la Première Dame, Karim Wade a appelé et m’a demandé d’arrêter la médiation : «Il faut arrêter cette médiation, je vais venir au Sénégal, je vais me présenter aux élections et je vais battre le président Macky Sall», m’avait-il dit. C’est pourquoi, je doute fort de la concrétisation des retrouvailles entre Idrissa Seck et Me Abdoulaye Wade ».

Après avoir participé à la campagne électorale, quelle est votre lecture de la réélection de Macky Sall

«Cette victoire est le fruit du travail du président de la République qui a œuvré pour sa réélection à travers son bilan marqué par de nombreuses réalisations. Par exemple, il a réussi à transformer le visage de Diamniadio, qui était une brousse, en une ville moderne au point d’abriter des sphères ministérielles. Il y a la réalisation de l’autoroute Ila Touba, une infrastructure qui transcende les confréries et la religion. On peut citer aussi ses réalisations dans les différentes cités religieuses. Ses actions ne pouvaient rester vaines ; même si une partie du peuple n’est pas reconnaissante à l’endroit du Président Macky Sall. Sa réélection n’est point une surprise.

De plus, c’est un homme respectueux qui n’a jamais versé dans le verbiage inutile. Dans la commune de Mérina Dakhar où je milite, le président du Groupe parlementaire de BBY Aymérou Gningue et moi avons travaillé main dans la main pour la victoire du Président Macky Sall dans le département de Tivaouane. Dans cette dynamique, le député Aymérou Gning n’a ménagé aucun effort pour le triomphe de notre candidat. Il a dépensé tout son argent dans la campagne électorale. Notre objectif est atteint. Maintenant, on invite le Président Macky Sall à tendre la main à toutes les forces vives de la Nation et à travailler pour le développement du pays».

Avez-vous toujours des ambitions politiques ?

«Contrairement à 95% des politiciens de ma génération qui n’ont plus de base politique, je continue à contrôler ma base politique. Cependant, je n’ai aucune ambition personnelle sur le plan politique. Je ne fais qu’accompagner les jeunes de notre parti conformément aux recommandations du président de la République. Il m’a invité à être un rassembleur et je m’attèle à cela. Tout ce que je veux, c’est accompagner la jeune génération à devenir utile pour son pays».

Mor Talla Diouf quitte le PDS: «j’ai eu un différend avec Karim Wade... »

Source: L’AS

commentaires
Loading...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Ok